Écrivaine, philosophe & islamologue
razika_adnani.png
"Il est du devoir de tous de protéger l’humanité de la barbarie, des guerres, du déclin. Il faut préserver les valeurs humaines : la liberté et la dignité qui ont mis si longtemps à se mettre en place".
Razika Adnani

Revue de presse

جريدة الخبر المغربية

Article-presse- Maroc

جريدة عكاظ

عكاظ

جزائر نيوز

جلفة أنفوا

2/2/2014

عدنلني رزيقة المجلة الثقافية
La nécessaire réconciliation : جديد الباحثة الجزائرية رزيقة عدناني
Razika Adnani/ EL KHABAR
Razika Adnani dans L'ivrescq_

16 octobre 2018

Journées Internationales de 'philosophie d'Alger -  Reporters
Par Nazim Brahimi
" Dans sa conférence intitulée «la conscience face à la violence», dans laquelle elle a présenté sa propre théorie, Razika Adnani a insisté sur le fait que «la violence doit être considérée comme immorale et appartenant au domaine du mal quelles que soient les circonstances».

14/10/2018

Razika-Adnani -3es JOURNÉES INTERNATIONALES DE PHILOSOPHIE D’ALGER
Plaidoyer contre la banalisation de la violence
Lors de sa conférence inaugurale intitulée «La conscience morale face à la violence», Razika Adnani part du postulat : la violence est immorale par principe. Et de développer : elle est immorale car elle consiste en l’usage de la force afin de causer une douleur physique ou psychologique chez l’autre, afin de le contraindre à la soumission ou à l’acceptation de nos désirs. C’est donc nier l’autre et lui dénier ses droits. La conférencière insiste : la violence est immorale quels que soient les arguments utilisés par celui qui l’exerce et quelles que soient les circonstances. La prise de conscience quant à ce caractère immoral ne date pas d’aujourd’hui, précise-telle, mais elle est plus fortement marquée à l’ère contemporaine notamment après le traumatisme des deux Guerres mondiales et la mise en place des droits humains. La question est donc : pourquoi persiste- t-elle ?
Par Sarah Haidar

16 septembre 2018

Razika Adnani : apprendre l’arabe est inutile pour lutter contre l’islamisme
Razika Adnani : apprendre l’arabe est inutile pour lutter contre l’islamisme
Razika Adnani , pointe quelques évidences quant aux rapports de El Karoui et de l’institut Montaigne à propos de cet « apprentissage de l’arabe à l’école » .

France culture
26/03/2018

Les défis de la réforme de l'islam

Et si « la culture de l'excuse, le fruit le plus mûr du complexe occidental » tend à ramener l’analyse du jihadisme aux conditions sociales de son essor, nombreux sont ceux qui s’élèvent contre cette interprétation « victimisante ». Dans le livre paru chez UPblisher sous le titre Islam : quel problème ? Les défis de la réforme, Razika Adnani rappelle d’abord à propos de la radicalisation islamiste que « la majorité des personnes touchées par ce phénomène vivent dans les pays musulmans où l’individu vit dans son milieu culturel et historique et n’est pas confronté au problème de l’intégration ». Pour la philosophe et islamologue il convient en outre de ne pas restreindre à la France ou à l’Europe l’analyse d’un phénomène né d’abord dans les pays musulmans. Selon elle, aujourd’hui « le radicalisme et le salafisme qui montent en Europe sont davantage une cause de la problématique de l’intégration qu’une conséquence », la stratégie de ces courants étant de « culpabiliser » les croyants en présentant l’intégration comme une « trahison » et une forme d’impiété, même si « le fondamentalisme islamiste qui crée le problème de l’intégration, l’utilise en même temps pour se renforcer ». Et face aux dénégations qu’on peut entendre à chaque nouvelle explosion de violence – « cela n’est pas l’islam » - elle insiste sur la nécessité d’une prise de conscience collective et d’une responsabilisation des musulmans face aux dérives du fondamentalisme. Par la connaissance et la critique des « failles et contradictions » du courant littéraliste auquel elle consacre un chapitre de son livre. Ainsi que par une évolution du rapport à l’autre dans nos sociétés et du regard porté sur lui.

Par Jacques Munier


Paris Dépêche
25 novembre 2017

Razika Adnani - Paris Dépêche
C'est encore une femme qui accuse. Dans le blog du HuffPost Tunisie, Razika Adnani, philosophe et écrivain, fait le point sur l'enseignement théologique de Tariq Ramadan, sous le titre : "Tariq Ramadan, réformateur ou conservteur enjôleur ?" Cest assez long mais édifiant : bien qu'il se présente comme ayant une vision "moderne" de l'islam, adaptée au monde européen, Tariq Ramadan, dans l'ensemble ne remet en cause aucune des lois de l'islam qui choquent le monde du 21e siècle. On se souvient qu'il avait seulement proposé, pour la lapidation, "un moratoire", ce qui avait entraîné un tollé...

Razika Adnani définit ainsi sa position :
« Quant aux règles immuables, ce sont celles qui sont justement inscrites dans ces versets explicites et précisément celles concernant l'organisation de la famille, l'héritage, les châtiments corporels, le port du voile pour la femme, le statut des non musulmans qui vivent dans des pays musulmans...
Ces règles, qui sont immuables pour Tariq Ramadan étant donné qu'il ne les remet pas en question, sont pourtant celles qui posent problème aujourd'hui et auxquelles l'évolution des sociétés musulmanes se heurte. Les exclure de la réforme, revient à ne proposer aucun changement réel. »
PAR FABRICE BLUSZEZ

Portrait; Razika Adnani, philosophe et islamologue algérienne
1 Novembre 2017 , Rédigé par Hassani Mhamed

kabyleuniversel.com

El Watan -Deuxièmes Journées Internationales de Philosophie d'Alger

Horizons

Lappel des origines - Horizons.png

Magazine L'ivrEscQ

21 Jan 2014

La nécessaire réconciliation.Razika Adnani
“La nécessaire réconciliation”, de Razika Adnani : Réflexion philosophique et morale sur la violence

Par : Véronique- Isabelle HARDY

la-necessaireSi dans la première partie du livre, paru aux éditions Dalimen, il s’agissait de la relation à l’autre, dans la seconde partie, il s’agit de la relation à soi-même. Razika Adnani nous entraîne vers d’autres questions dont, entre autres, celle de la fierté, de la confiance en soi et de l’intérêt de l’histoire dans la construction du présent et du futur.

Ce livre très riche nous mène, grâce à un cheminement constructif, au cœur du problème de la violence. Dans une première partie, intitulée “De la moralisation de la violence”, le point de départ de sa réflexion repose sur la question de la légitimité de la guerre, et ouvre la voie à une réflexion philosophique et morale sur la violence, sur l’éducation, sur le sens de la modernité et de la liberté, et soulève la question de la provocation comme justification de la violence.

Lire la suite

15 décembre 2015

Razika Adnani L'ivrescq- Autrui ou l'oeil indiscret

Conférence de Razika Adnani: Autrui ou l’œil indiscret

le Mardi 27 Novembre 2012

«LE BLOCAGE DE LA RAISON DANS LA PENSÉE MUSULMANE EST-IL BÉNÉFIQUE OU MALÉFIQUE POUR L’ISLAM» DE RAZIKA ADNANI, Problématique de la raison en religion
Liberte;
«LE BLOCAGE DE LA RAISON DANS LA PENSÉE MUSULMANE EST-IL BÉNÉFIQUE OU MALÉFIQUE POUR L’ISLAM» DE RAZIKA ADNANI, Problématique de la raison en religion

22 avril 2013 à 16:18

Razika Adnani 
La problématique de la raison dans la pensée musulmane
Le Journal marocain LE MATIN
La problématique de la raison dans la pensée musulmane